Mme Prévost et L’Histoire du métier de fleuriste 💐

Même si l’art floral remonte à l’antiquité, le métier de fleuriste tel qu’on le connaît aujourd’hui ne date que du 19e siècle. Autrefois, les vendeuses de fleurs s’appelaient les bouquetières, mais à l’époque il n’y avait pas vraiment de boutiques physiques, on vendait plutôt des petits bouquets de fleurs fraîches sur le marché. Selon René L’Espinasse, auteur d’un traité sur les corporations de la ville de Paris, ses femmes vivaient à l’époque ambulantes, dans la rue, n’hésitant pas à demander mendicité. Confrontée à la concurrence des plumassières qui ajoutaient des fleurs dans leurs compositions de plumes, elles vivaient dans une grande pauvreté.

Selon Jules Janin, dans son ouvrage nommé “Les Catacombes”, la première boutique de fleurs de Paris est celle de Mme Prévost ouverte au Palais-Royal en 1830. On dit d’elle qu’elle savait ce que vous cherchiez en un regard et qu’elle savait faire ressortir le bouquet unique dont le message serait transporté jusqu’au cœur de l’être aimé. Elle savait marier les odeurs et les couleurs avec un goût inégalé, au point que ses bouquets étaient à chaque fois de véritables chefs-d'œuvre. Mais si vous ne faisiez que tâter, renifler ou chiffonner ses fleurs, elle ne vous composait même pas de bouquets d’épines !

Au niveau de sa personnalité, l’histoire raconte qu’elle souriait rarement mais, sans aucun doute, que son talent et que sa réputation avait fait d’elle une marchande reconnue. Elle était également famée pour avoir un certain sens de l’humour. Par exemple, à l’époque, pour remercier les comédiens suite à une prestation, le public pouvait leur jeter des “bouquets comiques”. En général, ils étaient beaux et verdoyants, mais Mme Prévost ne supportait pas de “gaspiller” ces “fleurs délicates et tant-aimées” pour remercier les comédiens. Alors, elle confectionnait pour eux des bouquets de foins, avec quelques fleurs aux couleurs vives. Une façon à elle de défendre son point de vue et de ne pas perdre de fleurs “de façon inutile”, selon elle.

Aujourd’hui, on retient d’elle que malgré son caractère sévère, son cœur était tendre et l’attention qu’elle mettait à constituer tous les bouquets de fleurs était le même du plus humble client aux grands messieurs de la cour.

Dix ans plus tard, la boutique Lachaume s’inaugure rue de la Chaussée d’Antin, dans le 9ème arrondissement. Puis, en 1870, cette boutique déménage au 10, rue Royale pour y prospérer. Il se trouve qu’elle existe toujours aujourd’hui.

En 2009, la France compte 14 000 boutiques de fleuristes qui s’approvisionnent pour 70% en Hollande. Chez du Pain et des Roses, afin de limiter notre empreinte carbone et pour soutenir l'horticulture française, nos fleurs sont françaises et de saison.

Au fil du temps, plusieurs types de fleuristes se sont développés :

L’histoire du métier de fleuriste n’a plus aucun secret pour vous maintenant ! 🤫

Retracer toute l’histoire de cette transmission florale, de ces techniques et de cet amour du végétal nous a beaucoup ému au cours de l’élaboration de cet article. 💚

Aujourd’hui, nous apprécions le fait de perpétuer cette tradition en apprenant à des femmes éloignées de l’emploi à se former au métier de fleuriste pour assurer leur avenir et qu’elles reprennent confiance en elles et en leurs talents. 🤗

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés

>